21 juin
28 juin

DOCUMENTAIRE SUR LE FESTIVAL DE MUSIQUE FOLK DE NEWPORT

21 juin 2019 de 20h30 à 22h00 à la Sala Rolando

Le film Murray Lerner Festival est une synthèse de quatre festivals folkloriques à Newport, aux États-Unis, qui reflètent les années cruciales de la transition dans l’art de la musique folklorique. Les interprètes vont des légendes des années 60 comme Bob Dylan et Joan Baez aux artistes country comme Johnny Cash ou aux artistes traditionnels comme les Georgia Sea Island Singers. Également des professionnels très estimés tels que Peter, Paul & Mary à la vraie dignité de Son House ou du Mississippi John Hurt. Sans manquer Judy Collins, Buffi Sainte-Marie et Pete Seeger

Plus d'informations



SOIREE DE SOLSTICE D'ETE A L'ATENEO DE MAIRENA

22 juin 2019 de 20h30 à 23h00 à la Sala Rolando

Plus d'informations



CONCERT: GAUTAMA DEL CAMPO

22 juin 2019 à 23h Sala Rolando

Gautama del Campo a tracé un pont imaginaire entre flamenco, jazz et autres musiques traditionnelles.
Le son chaleureux de son saxophone, la manière de fondre les sons de manière "glissando", pleine d’émotion, ainsi qu’une grande sensibilité expressive lorsqu’on interprète captiver le spectateur.
La formation est composée essentiellement de sons de flamenco tels que la guitare, le cajón et le cante hondo; ainsi que d'autres qui ajoutent des éléments clairs de fusion avec d'autres musiques, telles que le saxophone alto et la contrebasse.
Son expérience a déjà un parcours important, qui inclut son passage dans différents festivals internationaux tels que New Music Seminar à New York (États-Unis), Womad à Bristol (Royaume-Uni), Rallye Jazz à Düsseldorf, Festival de Jazz à San Luis (Sénégal). ), ainsi que Womad de Cáceres ou Festival de Alger.

lien youtube
 

Plus d'informations



Groupe de conversation en anglais

Le 24 juin 2019 de 20h00 à 21h30 à Terrace

Rencontre bihebdomadaire pour discuter en anglais

Coordonnées: Jill Snow

Plus d'informations





Hommage à Machado à l'Ateneo

Le 24 juin 2019 de 20h30 à 21h30

Nous vous invitons au bien-aimé «Hommage à ANTONIO MACHADO» que le groupe littéraire de l'Ateneo de Mairena del Aljarafe célébrera à l'occasion du 80e anniversaire de sa mort.
"Commémorer la mort, c'est la garder en mémoire et l'évoquer de temps en temps car il faut faire revivre la personne, sa vie, son travail, son héritage", selon les termes d'Antonio Torres del Moral. La naissance, cependant, est célébrée: dans les six ans (un an avant son frère Manuel), le siècle et demi de sa naissance sera célébré.
Notre hommage à MACHADO aura lieu le lundi 24 juin à 8 h 30, dans la salle Rolando del Ateneo.
Un hommage qui intégrera la poésie à l'image, l'action théâtrale, la musique et la mise en scène.
C'est toujours un plaisir de revenir à Machado et de profiter de son esprit dans le présent, si vivant, si nécessaire.

Quand je meurs, mes amis,
Si mon travail vaut un centime,
Quand je meurs, mes amis,
Si mon travail vaut la peine d'être enterré,
prends-moi dans le pays castillan,
près du Douro.
Ce sont des vers adressés à ses amis dans lesquels il exprime sa volonté de reposer auprès de Leonor, dans le cimetière d’Espino, qui a à son entrée le vieil orme fendu par la foudre.

Plus d'informations



Club de lecture: Lecture facile, Cristina Morales

25 juin 2019 de 20h30 à 22h30

Il y en a quatre: Nati, Patri, Marga et Àngels. Ce sont des parents, ont différents degrés de ce que l'Administration et la médecine considèrent comme une "déficience intellectuelle" et partagent un sol protégé. Ils ont passé une bonne partie de leur vie dans les résidences RUDIS et CRUDIS (résidences urbaines et rurales pour personnes handicapées mentales). Mais avant tout, ce sont des femmes extraordinairement capables de faire face aux conditions de domination qu’elles ont dû subir. Barcelone est la ville des squatters, la Plate-forme des Affectés par l'Hypothèque, les athénées anarchistes et l'art politiquement correct.
C'est un roman radical dans ses idées, dans sa forme et dans son langage. Un cri de roman, un roman politique qui croise voix et textes: un fanzine qui met en échec le système non libéral, les actes d'une assemblée libertaire, les déclarations devant un tribunal qui entend stériliser de force l'un des protagonistes, le
roman autobiographique qui écrit l'un d'eux avec la technique Easy Reading ...
Ce livre est un champ de bataille: contre l'hétéropatriarchie monogame et blanche, contre la rhétorique institutionnelle et capitaliste, contre l'activisme qui utilise les vêtements de "l'alternative" pour soutenir le statu quo. Mais c’est aussi un roman qui célèbre le corps et la sexualité, le désir de et chez les femmes, la dignité de ceux qui s’identifient à la stigmatisation du handicap et à la capacité transgressive et révolutionnaire du langage. C’est avant tout un portrait - viscéral, vibrant, combatif et féministe - de la société contemporaine avec pour cadre la ville de Barcelone.
Cristina Morales (Grenade, 1985), diplômée en droit et en sciences politiques et spécialiste des relations internationales, est l’auteur des romans Los combantes (Caballo de Troya, 2013), lauréate du prix INJUVE pour Narrative 2012: traditions littéraires de nous offrir cet autoportrait "(Fernando Castanedo, El País ); «Les combattants jugent le lecteur. Je suis intéressé par les livres qui me mettent au défi et me questionnent »(Marta
Sanz, le confident ); «Dans sa voix, il y a beaucoup plus que l'impudence et la dénonciation» ( El Mundo ); Mauvais mots (Lumen, 2015): "Il parle sans langue sur les lèvres de Santa Teresa" (Javier Rodríguez Marcos, El País ); «Un livre extraordinaire pour de nombreuses raisons» (JA Masoliver Ródenas, La Vanguardia ); et Modern Terrorists (Candaya, 2017): "Un examen approfondi de notre histoire récente à travers le style exalté de Morales" (Natalia Carrero, Letras Libres ); «Confirme Morales comme la romancière la plus large et la plus puissante de sa génération» (Carlos Pardo, El País ); «Une prose monumentale sans ombre de hochet» (Alfonso Armada, ABC ); «Un grand roman» (Nadal Suau, El Mundo ). Ses récits ont paru dans de nombreuses anthologies et magazines littéraires. En 2017, il a reçu la bourse d'écriture Montserrat Roig, en 2015 la Fondation Han Nefkens et en 2007 celle de la Fondation Antonio Gala pour les jeunes créateurs. Il est actuellement artiste résident à la Fábrica de Creación La Caldera (Barcelone) en tant que membre de la compagnie de danse contemporaine Feminine Sexual Initiative.
 

https://youtu.be/6XPIXk9orW8

WMagazine
TOUTES LECTURES

«Lecture facile»: les révolutionnaires handicapés

https://youtu.be/PUYhEV7tHCg

Plus d'informations



Présentation du nouveau livre de Juan Torres López: "Le revenu de base"

26 juin 2019 à 20h

Auteur: Juan Torres López
L'expansion de l'intelligence artificielle, la robotique et l'automatisation de la production ont motivé le revenu de base à faire partie du débat économique et social de notre temps, en raison notamment de la possibilité que cette révolution technologique laisse une bonne partie de la population exclue du marché du travail. Cependant, même les experts ne s'entendent pas sur son champ d'application: comment serait-il financé?, Qui le recevrait?, Pourrait-il exclure ceux qui ont déjà des revenus élevés ou devrait-il être universel, tel que la santé publique ou l'éducation? ?
Avec un style divertissant et une vocation didactique, Juan Torres explique l'histoire de l'idée de revenu de base qui remonte à la Grèce classique, a été recueillie par les Lumières et a été défendue par des intellectuels et des scientifiques de toutes idéologies, ses différentes versions. , les avantages et les inconvénients de chaque modalité, ses nombreux noms et son sens moderne, établis il y a à peine vingt-cinq ans.
Dans ce livre, clair et informatif, Juan Torres ordonne les positions sans prendre parti, mais clarifie de manière définitive ce qui est l’un des sujets de débat les plus importants non seulement pour l’économie, mais aussi pour la politique et pour le futur de notre société. bien-être

Plus d'informations



Deuxième conférence: Le patrimoine industriel en Andalousie: le cas de Séville et les stratégies de gestion.


27 juin 2019 de 20h30 à 22h00

Compte tenu du succès de son discours précédent et des innombrables demandes de publication d'une deuxième édition, nous avons le plaisir de vous informer que ce mois de mai, le professeur
JULIÁN SOBRINO SIMAL
Docteur en histoire de l'art et professeur à l'École d'architecture de l'Université de Séville. Il enseigne le Master en architecture et patrimoine et le programme de doctorat en architecture. Spécialiste en histoire de l'architecture industrielle et des systèmes d'interprétation du patrimoine industriel. Il a enseigné dans des universités latino-américaines telles que Central de Chile, l'École d'architecture de Montevideo, UNESP et UFPEL du Brésil. Entre ses publications, nous soulignons: " Architecture industrielle en Espagne, 1830-1990 ", " Architecture de l'industrie en Andalousie ", " Patrimoine industriel et travaux publics en tant que ressource didactique. Les ports "et" S'allume sur la mémoire. L'usine d'artillerie royale de Séville. Patrimoine militaire et industriel historique . " Il a dirigé des projets de recherche R + D + I et a fait partie de projets internationaux tels que B-TEAM du programme INTERREG. Il est vice-président de TICCIH-Espagne et coordinateur du Forum de l'architecture industrielle d'Andalousie. Il coordonne actuellement le Laboratoire du patrimoine industriel VRM-LAB Pozo 5 à Villanueva del Río y Minas.

Plus d'informations



Fête des lettres 2019 / Concours Microrrelatos

28 juin 2019 de 20h à 22h à la Sala Rolando

Nous sommes déjà plus près du résultat de notre VIIe concours de nouvelles. L'avis du jury sera rendu public à la Fête des Lettres le 28 juin prochain à l'Ateneo de Mairena. Dans cette édition, plus de quatre cents micro-histoires ont été présentées. Après l’évaluation laborieuse et exhaustive du préjurado, composée d’une équipe de neuf lecteurs athénistes volontaires, les 51 finalistes ont déjà été choisis.

Plus d'informations