Motors i Sports Sportif Mollerussa Lleida

Détecteurs nouvelle situation et les dispositifs d'alerte radar



12 Volts Magazine | Tout sur la technologie et accessoires pour véhicules

Friday, 11 Avril, 2014



Changer la légalité de détecteurs de radars


Le 8 Avril a été publié dans la Loi sur la réforme officiel Gazette du trafic et la sécurité routière approuvé par le Congrès le 20 Avril. Les nouveaux règlements entrent en vigueur le 8 mai.

"Il est interdit d'installer ou de mettre dans des véhicules ou des inhibiteurs cinemòmetres radar ou d'autres instruments destinés à contourner ou d'interférer avec le bon fonctionnement des systèmes de surveillance du trafic, ainsi que pour diffuser ou les signaux à cet effet. En outre, interdit l'utilisation de mécanismes de détection radar ou cinemòmetres. exclus de cette interdiction mécanismes d'alerte qui informent la position des systèmes de surveillance de la circulation ". Ce est la modification de la loi sur la circulation (inclus dans la section 6 de l'article 11) concernant le nouveau statut juridique de détecteurs de radars.

La pénalité se appliquera à utiliser ces appareils est de 200 euros d'amende (100 $ Paiement) et le retrait de la carte à trois points. Ce est une sanction moindre par rapport à laquelle la DGT proposé dans le premier projet de la réforme de la loi sur la circulation qui a été divulgué à la presse en Février 2013. Ce projet de sanctions ont été indiqués pour conducteur € 6,000 amende, retrait de la licence et de 6 points entre 3000 et € 30 000 d'amende pour la société d'installation. Malgré la réduction de la peine de 12 Volts montrer notre rejet des sanctions approuvées, basées sur des études qui montrent que l'utilisation de détecteur de radar réduit jusqu'à 24% des accidents, car ces dispositifs peut réduire la distraction du conducteur pour relâcher la tension être conscient de la présence possible d'un radar. Ce est, le détecteur permet de garder un oeil seulement sur la route, réduisant les distractions, ce qui est la cause principale des accidents (bien au-dessus excès de vitesse), selon leurs propres données DGT montre chaque année.

Notez également que les nouvelles sanctions de texte L'utilisation de détecteurs de radar, mais la présence de ces dispositifs qui intègrent cette application la voiture. L'identification d'un radar d'une manière par les pilotes peut faire aujourd'hui grâce à diverses technologies. Beaucoup d'entre eux, basée sur le positionnement GPS, ont été incorporées comme des applications de smartphones, les navigateurs, et d'autres dispositifs. Il est logique d'interdire l'utilisation de ces dispositifs dans la voiture? Il est logique d'interdire à un système d'alerte et pas un autre? Cela n'a aucun sens. Cela n'a aucun sens d'interdire un de ces systèmes. De la même manière qu'il est interdit de parler au téléphone en conduisant et les sanctions amenés à l'intérieur, cela n'a aucun sens de sanctionner l'utilisation d'un dispositif qui, entre autres applications servent à avertir de la présence de radars .

La société est scandalisé par l'abus de radars disciplinaires, et ce est la même société qui rend l'utilisation des applications que vous éviter de devenir une victime de cet effort de collecte de l'impôt. Les pouvoirs de l'État devraient insister sur la sensibilisation des conducteurs, plutôt que d'interdire pure, surtout si l'interdiction ne est pas basée sur une étude sérieuse et rigoureuse avant qui démontre les avantages de celui-ci. Et ce ne est pas parce AEICAM a montré tout le contraire, que l'utilisation de dispositifs qui avertissent radar sanction permet à un plus détendu et sûr.

Un pourcentage élevé du chiffre d'affaires imputable à l'accélération des amendes en raison de légèrement dépasser ces limites. Des milliers et des milliers d'amendes de 50 € ou 100 € que l'État ne veut pas manquer, cependant, veut augmenter avec l'installation de plus de radars sur les routes publiques.

Si la majorité des accidents mortels sont causés par des distractions au volant, pourquoi diable cette nouvelle loi, qui doit assurer la sécurité de tous, ne comprend pas de mesures à cet égard? Pourquoi ne pas simplement faire usage de la technologie pour éviter ces distractions? 12 volts et AEICAM à des réunions de haut niveau, a toujours été prêts à se associer à cet égard. Notre industrie pourrait contribuer à éviter certains de ces distractions, le placement des balises de manière à communiquer avec la voiture pour avertir des points noirs, des dispositifs d'urgence qui empêchent la somnolence, les avertissements état de la route de glace dangereuse, l'eau, etc ....

Pour éviter les pénalités et les accidents, notre conseil est clair: adapter les limites de vitesse recommandées, conduite détendue et éviter les distractions.


Magazine 12 volts vendredi 21 mars 2014

NOUVELLE LOI DU TRAFIC PERMET LA VENTE D'UTILISATION DETECTEUR ET PEINES 100 € d'amende

La session plénière du Congrès a approuvé 20 Mars, les règlements de la circulation 18 loi de réforme et de sécurité routière entrent en vigueur un mois après être apparu dans le Journal officiel, la publication devrait avoir lieu au cours de la dernière semaine de Mars. L'une des nouveautés du nouveau texte sanctionne l'utilisation de détecteurs de radars. Son utilisation sera sanctionnée par trois points et une amende de 200 euros (100 en supplément). Selon le texte approuvé, ayant un détecteur installé dans la voiture ne signifie pas être punis, la sanction peut être exécuté que se il est démontré que le dispositif a été utilisé.

La sanction a finalement approuvé est beaucoup plus faible dans le premier temps proposé il ya un an dans le projet initial de la DGT. Ce autorisé l'utilisation de détecteur de radar a été sanctionné par la déduction de la carte 6 points, d'une amende de 6.000 euros par utilisateur et entre 3000 et 30.000 euros d'amende pour l'entreprise d'installation. Cette réduction remarquable de sanctionner l'utilisation de détecteurs a été alimentée en grande partie par les négociations menées dans la dernière année, l'Association espagnole de voitures installateurs audio et multimédia (AEICAM) avec une grande administration de la Commission de la sécurité routière et les principaux partis politiques impliqués (principalement PP et CiU) DGT ..

Distractions cause principale des accidents

AEICAM toujours soutenu avec les données officielles de la DGT elle-même, ce qui est plus dangereux et causer plus d'accidents de conduite distraction parler d'excès de vitesse mobile, puisque selon leurs propres données de la DGT la principale cause de les accidents sont la distraction du conducteur. Cependant, la recherche du profit et de la nécessité pour les recettes du gouvernement, conduit au pouvoir politique égal à sanctionner l'utilisation du détecteur avec l'utilisation des téléphones mobiles pendant la conduite.
Contrairement à ce qui peut sembler utilisateurs de détecteurs ont moins d'accidents que les autres. Ces données basées sur le rapport MORI, ont été transférés à la DGT, les données, en outre, que le temps a déjà donné des échantillons de savoir.